GAGNER
SANS
AVOCAT

0avocat.ca - 0avocat.com - 0avocat.net - 0avocat.org - 0avocats.ca
0avocate.ca - 0lawyer.ca - 0lawyer.net - 0lawyer.org - 0lawyers.ca
aide-juridique.ca - aide-legale.ca - aidelegale.ca
 
 
115 visites, 353 pages affichées

 

Bienvenue ! Login
AAQ.CA Autochtones Indiens
Quand les murs ont des oreilles
Radio-Canada, mercredi 2 avril 2008

Loi antiterroriste
Quand les murs ont des oreilles

Les pouvoirs conférés au Centre de la sécurité des télécommunications (CST) par l'entremise de la loi antiterroriste de 2002 suscitent de vives inquiétudes sur la colline Parlementaire, rapporte la radio de Radio-Canada.

Depuis un an, trois rapports émanant respectivement d'un comité des Communes, du Sénat et du surveillant du CST ont tous sommé le gouvernement de mieux encadrer les pouvoirs de l'agence, jusqu'ici en vain.

Ils estiment que l'élargissement du mandat du CST qu'a entraîné cette loi se fait à l'encontre de la protection de la vie privée des Canadiens.

Le CST a toujours eu comme rôle principal l'écoute électronique de pays et d'individus à l'étranger jugés menaçants pour le Canada. Mais depuis l'entrée en vigueur de la loi antiterroriste, le CST peut aussi intercepter les communications privées de Canadiens, si elles se font avec des personnes à l'étranger.

Pour ce faire, le CST n'a pas à solliciter un mandat de la Cour, mais seulement une autorisation du ministre de la Défense. De plus, une seule autorisation peut englober des milliers de conversations de citoyens canadiens avec un pays ciblé.

Depuis 2002, le ministre en a signé 48.

Le grand patron du CST, John Adams, et le ministre de la Défense, Peter MacKay, ont refusé les demandes d'entrevue faites par la radio de Radio-Canada.

 Écouter le reportage plus approfondi présenté à l'émission Désautels du 2 avril 2008

 Écouter Brigitte Bureau qui explique le malaise que suscite le CST


Le Téléjournal à Radio-Canada, mardi 1 avril 2008

Sur écoute?

Des experts s'inquiètent des vastes pouvoirs du Centre de la sécurité des télécommunications (CST). Celui-ci a le droit d'intercepter les communications privées de citoyens canadiens, si elles sont en lien avec une cible étrangère.

Or, depuis un an, trois rapports ont sommé le gouvernement fédéral de clarifier, au plus vite, la loi qui régit le CST afin de mieux protéger la vie privée des Canadiens.

Brigitte Bureau et Nadine Phaneuf ont enquêté sur cette agence fédérale très très discrète.

 Visionner le reportage de Brigitte Bureau et Nadine Phaneuf
 


Accueil Articles Événements Liens Annonces Discussions Mon Portail Devenir Membre Administration

Site en conformité avec le jugement 2002 CSC 14.27704
de la Cour Suprême du Canada en date du 21 février 2002

La Révolte des Victimes: connaître et faire respecter ses droits

Gagner sans avocat - Win without a lawyer
Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.