GAGNER
SANS
AVOCAT

0avocat.ca - 0avocat.com - 0avocat.net - 0avocat.org - 0avocats.ca
0avocate.ca - 0lawyer.ca - 0lawyer.net - 0lawyer.org - 0lawyers.ca
aide-juridique.ca - aide-legale.ca - aidelegale.ca
 
 
84 visites, 84 pages affichées

 

Bienvenue ! Login
AAQ.CA Autochtones Indiens
Crise de confiance de la population à l'égard de la justice
Logo du journal Le Devoir
LE VENDREDI 4 JUIN 2004

Crise de confiance de la population à l'égard de la justice

TOMMY CHOUINARD

Devant ce qu'il considère comme une «crise de confiance» des citoyens à l'égard du système judiciaire, le ministre de la Justice, Jacques Dupuis, invite les procureurs de la Couronne, les avocats de pratique privée et même les juges à s'adresser davantage aux médias et à «démystifier» le système de justice. «C'est fini de se cacher derrière les micros et ne pas parler. Il faut parler», a lancé le ministre au cours d'un discours qu'il a prononcé hier dans le cadre du congrès annuel du Barreau du Québec.

Selon lui, les acteurs du système judiciaire doivent «avoir le courage de changer». «Il y a effectivement une crise de confiance à l'égard de l'administration de la justice. Ce n'est pas un drame, car il y a des moyens pour que la population retrouve confiance dans son système de justice», a-t-il affirmé lors d'un point de presse.

Ainsi, il invite les procureurs, les avocats et les juges à s'exprimer davantage, tout en respectant les règles de droit ou le devoir de réserve. «Il ne faut pas que les acteurs de la justice craignent d'aller, quand ils le peuvent, expliquer comment ça se passe et pourquoi ça se passe de cette façon-là», a-t-il dit.

Le ministre a cependant précisé que, parfois, les acteurs du système judiciaire ne peuvent répondre aux questions, puisqu'ils risquent d'affecter des litiges qui se trouvent devant les tribunaux. «Mais ce qu'on peut démystifier, il faut le faire. […] Il y a de la théorie qui peut être expliquée à la population pour qu'elle puisse suivre le processus judiciaire», a-t-il dit, faisant principalement référence aux causes de nature criminelle qui attirent davantage l'attention des médias. «Les juges à l'occasion, tout en respectant la règle de droit et à l'intérieur de leur devoir de réserve, pourraient mieux expliquer ce qui doit être expliqué», a ajouté le ministre. Il a donné en exemple l'ancien juge en chef Pierre Michaud, qui n'hésitait pas à accorder des entrevues aux médias. «Cela avait apporté de l'oxygène dans le système. J’encourage ce genre d'initiatives», a-t-il souligné.

 Télécharger cet article au format PDF
 


Accueil Articles Événements Liens Annonces Discussions Mon Portail Devenir Membre Administration

Site en conformité avec le jugement 2002 CSC 14.27704
de la Cour Suprême du Canada en date du 21 février 2002

La Révolte des Victimes: connaître et faire respecter ses droits

Gagner sans avocat - Win without a lawyer
Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.